Le sucre

Voici différents types de sucres pouvant remplacer le sucre blanc :

  • le sucanat : jus de canne séché au soleil ou en le faisant bouillir
  • le sirop de riz : produit de la fermentation du riz); il ne cause pas de réaction hypoglycémique puisqu’il est absorbé lentement comme un autre aliment
  • le sirop de malt : produit de la fermentation de l’orge, il a un goût prononcé et est absorbé lentement dans l’organisme
  • le stévia en liquide ou en poudre : c’est une plante originaire de l’Amérique du sud qui a un très grand pouvoir sucrant

On peut aussi sucrer avec des fruits ou du jus de fruits, même avec des fruits séchés, entre autres les dattes et les raisins.

Le vinaigre des quatre voleurs

La beauté vient du cœur.

On ne peut retenir la beauté, et la beauté aime se donner. À l’intérieur de chacun de nous, nous avons cette beauté.
Chaque instant doit être pour nous des moments d’éternité. L’éternité est pour nous, pour y toucher, il faut vivre dans notre beauté. Partager ce qu’il nous a fait connaître, ainsi tous les enfants pourront connaître ce qu’est la beauté du cœur : c’est se donner pour ceux qu’il aime.
Ces quatre personnes ont été dans leur éblouissement voulant garder pour eux le secret qui les protégeait contre une épidémie. Voulu que Dieu mit sur leur passage la justice de l’Amour, ils ont pu ouvrir leur cœur, ils ont pu ouvrir leur beauté.

Vinaigre des quatre voleurs

Dans un litre de vinaigre de cidre certifié biologique non pasteurisé, (de préférence à  8 % d’acide acétique*), ajouter 20 grammes de chacune des plantes séchées suivantes :

  • absinthe
  • lavande
  • menthe
  • romarin
  • rue
  • sauge
  • lierre terrestre

Ajouter 3 gousses d’ail

Puis, ajouter 3 grammes de chacune des plantes suivantes :

  • cannelle en poudre
  • muscade râpée
  • clou de girofle moulu

Plus 5 grammes de camphre

Laisser macérer 2 semaines, filtrer et mettre en bouteilles foncées de préférence. Conserver à l’abri de la lumière.

* Le vinaigre à 8 % d’acide acétique est préférable lorsqu’il est utilisé pour faire une recette médicinale. On peut souvent se le procurer en format de 4 litres. On peut également utiliser le vinaigre à 4,5 % d’acide acétique en format d’un litre. On peut se procurer ce vinaigre dans les magasins d’alimentation naturelle ou encore à La Maison Orphée (905, rue Galilée, Québec, 1 800 667-1530).

Court résumé de la provenance de ce vinaigre

Dans les années 1630, une épidémie de peste décima Toulouse, tout le monde mourait sauf 4 voleurs pris sur le fait en train de détrousser des cadavres. Après avoir été arrêtés, ils racontèrent au juge qu’ils s’enduisaient le corps d’un vinaigre de leur composition pour se protéger et en buvaient quotidiennement.

Utilisation du vinaigre des quatre voleurs
Contre les risques de contagion (grippe, épidémies), on peut l’utiliser en friction sur tout le corps, en inhalation, ou encore prendre environ 1 c. à soupe dans de l’eau, du jus ou autre boisson.
En cas de symptômes de grippe : augmenter la dose à 1 c. à thé plusieurs fois par jour (toujours dans un verre d’eau, jus ou autre boisson).
On peut aussi asperger la plante des pieds avant de mettre des bas chauds.
Désinfection des plaies : pur ou dilué pour diminuer l’acidité du vinaigre.
Élimination des poux et des lentes : passer le peigne à poux, lotionner abondamment la chevelure et laisser agir plusieurs heures pour détruire les lentes, pour finir, rincer à l’eau claire ou faire un shampooing doux et recommencer tous les deux ou trois jours jusqu’à complète disparition. Ensuite faire de la prévention par un entretien journalier léger (vaporisation ou friction, sans rinçage).
Piqûres d’insectes et chocs : en application légère ou en compresses pour réduire les enflures et aseptiser (profitez-en pour jeter votre vieux « mercurochrome »!).
Acné, démangeaisons, irritations diverses (peau, muqueuses), après rasage : en application légère pour adoucir, aseptiser et cicatriser (diluer si le vinaigre est ressenti comme trop piquant).
Aphtes (pur, en application) et inflammations de la gorge (en gargarisme dilué dans de l’eau tiède).
À utiliser comme rince-crème ou revitalisant après le shampooing; donne un effet lustré et démêle les cheveux avec facilité.

On mentionne aussi d’autres utilisations

Fièvres et convulsions, pour apaiser et réguler : en friction (pur) ou en compresses tièdes (dilué) sur le front et les attaches (chevilles, poignets).
Maux de tête et évanouissements : en friction (pur) ou en compresses (dilué) sur les tempes et le front.
Encombrement des voies respiratoires : en inhalation (1 à 2 c. à soupe pour un bol d’eau bouillante) et en compresses chaudes sur la poitrine (eau + vinaigre).
Articulations engourdies, crampes : en frictions journalières ou en compresses pour décongestionner et détendre.
Purification de l’air (par vaporisation) et de l’eau (1 c. à soupe dans un litre d’eau avec 1 c. à soupe d’argile, bien secouer et laisser déposer quelques heures avant de boire).
Désinfection de matériels divers, animaux, litières, etc. (trempage, friction, vaporisation).

De l’épeautre non hybridé

epis-epeautre blondVous pouvez vous procurez de l’épeautre non hybridé, entre autres,  dans la région du Centre-du-Québec chez :

Moulin Lapierre

99, chemin Laurier, à Saint-Norbert-d’Arthabaka – G0P 1E0  / 819 369-9639

 

L’huile essentielle d’origan

Il est recommandé de prendre 1 goutte d’huile essentielle d’origan par jour pour renforcir notre système immunitaire. On peut la prendre soit sur un petit morceau de pain, soit dans du miel, dans une cuillerée d’huile d’olive, sur un peu de sucre naturel ou encore dans une gélule que l’on remplit soi-même (1 goutte d’huile essentielle et le reste d’huile végétale, de préférence de l’huile d’olive). L’huile essentielle ne se mélange pas à l’eau ni aux liquides.

Entre autres, l’huile essentielle d’origan est un antiseptique puissant. Il est aussi bactéricide.

Il est très important d’acheter une bonne huile essentielle de qualité, certifiée bio.

Boisson préventive contre la grippe

(Donnée au Frère Joseph-Francis du Canada en 1986)

Écraser dans une tasse la moitié d’une grosse gousse d’ail* et quelques morceaux de racine fraîche de gingembre. Ajouter une cuillerée à thé de miel. Verser de l’eau frémissante (donc pas bouillante) dans la tasse, et laisser reposer, recouvert, au moins 5 minutes. Retirer l’ail et le gingembre et ajouter une grosse cuillerée à soupe de jus de citron fraîchement pressé. Boire à petites gorgées pendant que le breuvage est encore chaud.

A titre préventif, il est recommandé  d’en boire environ une heure avant le coucher.  Pour les personnes qui ressentent déjà les symptômes de la grippe, en boire une tasse 3 fois par jour et de préférence à jeun, c’est-à-dire avant les repas.

Pour les enfants : mélanger ½ tasse de cette préparation à ½ tasse de jus de pomme ou de raisin (100 % pur jus).

* Une pilule ou gélule d’ail (provenant d’un magasin de produits naturels) peut être substituée si l’on ne peut prendre de l’ail frais. En cas d’arrière goût ou d’haleine à l’ail, mâcher quelques brins de persil frais ou encore sucer un clou de girofle.

Ne pas manger trop chaud

Sainte Hildegarde écrit : «En toute saison, on se gardera d’avaler des mets trop chauds qui fument encore. La cuisson achevée, il est bon d’attendre que l’excès de chaleur et la vapeur se soient dissipés, car l’ingestion d’une nourriture brûlante et toute fumante fait gonfler l’estomac et a tôt fait d’exciter les facteurs d’éruptions cutanées.»

Sieste

Sainte Hildegarde recommande : «On ne devrait pas céder au sommeil tout de suite après le repas, avant que les saveurs, les sucs et les arômes ne soient parvenus dans les régions auxquelles ils sont destinés. Mieux vaut se retenir de dormir quelque temps encore après avoir mangé, car si l’on s’assoupit sans attendre, le processus du sommeil dirigera saveurs, sucs et arômes des aliments absorbés vers des régions qui ne leur conviennent point, mais leur sont absolument contraires pour les disperser à travers les voies tissulaires (générales) comme la poussière, alors que si l’on se retient de dormir pendant un petit moment et que l’on se couche ensuite pour une heure environ, le sang et la chair en profitent et la santé s’en trouve confortée.»

Lectures recommandées

Livres recommandés pour se familiariser avec cette façon de s’alimenter :

Les secrets de cuisine de Sainte Hildegarde par Dr Gottfried Hertzka, aux éditions Résiac.

Sainte Hildegarde – L’épeautre gourmand – Les meilleures recettes de la cuisine hildegardienne, Éditions Résiac
« En plats chauds ou froids, salés ou sucrés, carnés ou végétariens, l’épeautre s’accorde à tous les goûts et à tous les besoins, qu’on soit malade ou bien-portant. »
Quelque 200 recettes  de mieux-être et de bien-vivre à partir de l’épeautre ont été mises au point par Sœur Rose-Marie-Müller, religieuse autrichienne et professeure d’Arts ménagers.

Les recettes de la joie avec sainte Hildegarde
, par Daniel Maurin et Jany Fournier-Rosset, Édition Pierre Téqui.
(Environ 150 recettes)

Santé et Sérénité – Recette de la joie avec sainte Hildegarde, par Jany Fournier-Rosset,Éditions Pierre Téqui.

La prévention – Sainte Hildegarde : une médecine tombée du ciel !, par Daniel Maurin, éditions Spi Plénitude.
Dans cet ouvrage consacré à la prévention, ce sont près de 2 000 remèdes qui nous sont proposés, assortis d’un enseignement concernant les grandes lois naturelles et surnaturelles qui régissent notre santé. Nous redécouvrons ainsi un aspect de la médecine qui, dans le contexte actuel, devient d’une urgence vitale. Sainte Hildegarde nous livre les règles toute simples de la juste mesure et des sciences de la nature, règles qui franchissent les siècles et se révèlent plus que jamais actuelles, secret de vitalité, de santé et de joie.

Aussi, deux sites intéressants à consulter : www.epeautre.net et www.lesjardinsdesaintehildegarde.com

Intégration dans le quotidien de cette façon de s’alimenter

Petites suggestions sur l’utilisation des aliments recommandés par sainte Hildegarde dans notre quotidien par des exemples pour le déjeuner, le dîner, le souper ou une collation.

Déjeuner

Rôties au pain d’épeautre avec beurre d’amandes, confiture aux marrons, gruau aux flocons d’épeautre ou gruau à l’épeautre égrugé, muffins ou crêpes à la farine d’épeautre.

Dîner ou souper

Gratin d’épeautre (oignons, carottes, fenouil, champignons, grains d’épeautre cuits à l’avance, quelques herbes de Provence, galanga, hysope, etc., le tout gratiné)
Crêpe farcie aux marrons en purée ou en quartiers, oignons, fenouil, quelques condiments, le tout gratiné
Pâtes alimentaires à la farine d’épeautre
Soupe aux légumes dans laquelle on intègre une bonne quantité d’épeautre déjà cuit
Salade froide en plat principal, par exemple : betteraves cuites, et refroidies, épeautre déjà cuit et refroidi, graines de citrouille ou marrons déjà cuits et coupés en petits morceaux, quelques petits morceaux de fromage bleu en miettes, laitue ou cresson, jus de citron et  huile de tournesol, ail cru pour parfumer et/ou menthe fraîche, etc. ou encore tout simplement incorporer un peu d’épeautre déjà cuit à une salade de légumes frais variés
Crêpe dessert farcie aux fruits et à la purée de marrons à la vanille

Épeautre bio non hybridé

La Coopérative d’Alentour de Sherbrooke offre de l’épeautre biologique non hybridé (Moissonnerie du pays). Par contre, on peut l’obtenir pour le moment seulement en farine, mais sous peu on devrait pouvoir aussi obtenir le grain d’épeautre biologique non hybridé.
Vous pouvez devenir membre au coût de 30 $ et obtenir un rabais pour les achats.
Coopérative d’Alentour
4740, boulevard Industriel
Sherbrooke (Québec)  J1L 3A3
Tél. sans frais : 1 866 562-3443
www.alentour.qc.ca